Photo Equipe v2

Image de contact

Karine Gravel

Nutritionniste et docteure en nutrition

Sa formation universitaire en nutrition et ses expériences professionnelles de clinicienne, conférencière, auteure et chroniqueuse scientifique font de Karine une experte qui vous guidera vers le développement d'une relation plus saine avec la nourriture. 

Rigoureuse et créative, Karine vous aidera à considérer votre alimentation comme une expérience satisfaisante afin de vous sentir bien physiquement et psychologiquement. Sous un angle savant et ludique, elle abordera différents sujets : les comportements alimentaires, la préoccupation à l'égard du poids, les plaisirs alimentaires, le sens du goût et l'histoire des aliments.

«Se nourrir, se réunir et se faire plaisir, c'est ma recette préférée. Ces trois ingrédients doivent être assaisonnés au goût avec une quantité suffisante de sociologie et une pincée d'histoire. Ça vous tente de goûter?» | www.karinegravel.com


Par Karine Gravel
7 décembre 2017

Les croyances et les préjugés à l’égard des personnes en surpoids sont si fréquents qu’un nouveau mot a été créé : la grossophobie. Cette « phobie de la grosseur » peut s’exprimer par des commentaires verbaux inappropriés, comme des moqueries ou des insultes, de l’exclusion sociale et même des agressions physiques. C’est sérieux. À l’approche des festivités de Noël, je considère important de réfléchir à nos attitudes et comportements à l’égard de la grossophobie, afin de profiter pleinement des moments passés ensemble.

Le 20 mars est la Journée internationale du bonheur proclamée par l’Assemblée générale des Nations Unies. C’est sérieux! L’alimentation peut nous permettre de ressentir du bonheur. Le chocolat, par exemple, est un aliment apprécié pour plusieurs raisons. On peut penser à son goût délicieux, à la douceur de ses ingrédients et à la richesse de ses arômes. On peut aussi l’associer à nos bons souvenirs d’enfance et constater qu’on en déguste souvent lors de situations agréables. Toutefois, on peut aussi éprouver une certaine ambivalence à l’égard du chocolat puisqu’il est reconnu pour être impliqué dans les situations de perte de contrôle alimentaire et pour faire vivre de la culpabilité.

La nourriture est souvent associée à des sentiments contradictoires. Elle est parfois synonyme de célébration et de plaisir, mais elle peut aussi faire vivre des inquiétudes et de la culpabilité. Par exemple, même si vous raffolez de l’arôme du gâteau au chocolat, vous pouvez vous sentir coupable après en avoir mangé en imaginant les effets sur votre poids corporel. À l’approche des célébrations de Noël, que ressentez-vous en pensant à une table garnie de dinde, de pâtés à la viande, de pain sandwich, de purée de pommes de terre, de marinades, de bûche à la crème glacée et de sucre à la crème?

La faim et l’envie de manger sont parfois utilisées de façon interchangeable, mais ce sont des concepts différents. La faim réfère au besoin physiologique de nourriture et se manifeste par des symptômes, comme le ventre qui gargouille. Quant à l’envie de manger, elle réfère à l’appétit et à l’attirance envers certains aliments, mais sans nécessairement ressentir la faim. Dans un monde idéal, on mangerait uniquement lorsque nous avons faim, mais la réalité peut être différente. Après tout, nous ne sommes pas des robots! 

Avez-vous tendance à vous comparer aux autres?